L’économie sociale, c’est quoi?

Le mouvement coopératif, inscrit dans l’économie sociale, tout comme les mouvements mutualistes et associatifs, revendique une économie au service de la personne.

Dans cette dynamique, nous nous plaçons dans une économie marchande qui ne permet pas la rémunération du capital.

« Une coopérative est une association autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques, sociaux et culturels communs au moyen d’une entreprise dont la propriété est collective et où le pouvoir est exercé démocratiquement ».

Transport challenger s’inscrit dans ce mouvement de penser et cette manière d’entreprendre, qui a été défini comme tel par l’Alliance Coopérative Internationale.

Nous mettons en œuvre les principes coopératifs fondamentaux qui permettent d’organiser la prééminence de la personne sur le capital.

La règle d’égalité : « un homme égale une voix ». Ce principe démocratique institue l’égalité entre les coopérateurs. La personne intègre la coopérative en acquérant au moins une part sociale.

Chez Transport Challenger, la part sociale est fixée à 25 €.  Les sociétaires sont réparties au sein de quatre catégories, les salariés, des clients, des partenaires techniques, les membres fondateurs et militants de l’Economie Sociale et Solidaire. Chaque sociétaire vote pour élire le gérant, valider les orientations, le rapport moral et financier et sur l’affectation des bénéfices. Cette participation s’exerce à niveau égal, quelque soit le nombre de part détenu par chaque sociétaire de Transport Challenger.

La règle de liberté : chacun peut adhérer ou s’en aller. C’est le principe du capital variable. Les parts achetées sont restituées en cas de volonté de départ, sur la base de la valeur d’entrée dans la coopérative.

La règle d’équité : l’impartageabilité des réserves; nous décidons de placer tous les profits dans les réserves impartageables de la société.

Ce mode de fonctionnement collaboratif et responsabilisant induit un rapport au travail stimulant et équitable. L’engagement volontaire, l’égalité et la solidarité entre ses membres sont des leviers particulièrement adapté pour l’insertion par l’emploi des personnes ayant été placées sous main de justice.